“Parkour” de David Belle (2010)

David Belle Parkour

 

On profite de la – relativement – récente sortie en dvd de Brick Mansions (remake américain du Banlieue 13 qui l’avait révélé au grand public et dans lequel il reprend d’ailleurs son rôle) pour revenir sur Parkour”, l’autobiographie – en forme de manifeste – du créateur de la discipline.

Brian Eno (ex-membre de Roxy Music puis influent producteur) avait, en son temps, déclaré que le premier album éponyme du Velvet Underground avait beau ne quasiment pas s’être vendu, sa force en était telle que chacun des acheteurs avait ensuite formé un groupe.

On a envie de dire la même chose à propos de cet ouvrage consacré à David Belle.

Et sans savoir à combien il s’est écoulé, on parierait gros que la majorité de ses lecteurs, sitôt la dernière page achevée, s’est sentie l’immédiat besoin de se la jouer Spiderman (ou, plus précisément : “Speed-Air-Man” comme s’est lui-même surnommé Belle) au sein du mobilier urbain environnant.

Sorti début 2010, le titre, plus qu’une classique biographie, se présente sous la forme d’un long entretien (mené par la journaliste Sabine Gros La Faige) qui laisse tout loisir à Belle de se raconter, comme jamais auparavant.

De son enfance à son apogée hollywoodienne, en passant par l’élaboration de sa discipline et, surtout, le rôle tenu par son père, Raymond : mentor, modèle et inamovible figure tutélaire.

Un témoignage à l’image de Belle : humble et direct, parcouru par la lucidité de celui qui a appris sur le terrain et mis en pratique ce qu’il professe.

Qui nous invite à partager son incessante recherche de la perfection physique, du geste juste, du mouvement pur…
Etonnante expérience (sur son corps, sa vision du sport, son existence même) qui en vient, au fil du récit, à dépasser la discipline de vie pour épouser la quête spirituelle.

Et laisse penser que, plus que la création d’une activité, c‘est une véritable odyssée qu’il a, à sa manière spartiate, mené à son terme.

Une philosophie de l’extrême dont il est permis de penser qu’elle a influencé nombre de ses contemporains – à commencer par quelqu’un comme Ido Portal (l’un des plus illustres noms actuels de l’entrainement au poids de corps).

Et dont on peut comprendre à quel point les fondements mêmes (puisqu’ainsi que dit dans la préface – rédigée par Luc Besson : l’erreur lui est interdite puisque pour Belle, “tomber, c’est mourir”), peuvent en chacun trouver écho…

 

“Parkour” de David Belle (Editions Intervista)

Advertisements

About Focus Webzine

Une vision de l'activité sportive...
This entry was posted in Littérature, Post and tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s